dimanche 9 septembre 2007

A voté !


J’ai passé toute l’après-midi du Vendredi à exhiber mon pouce noirci à l’encre, dans une attitude de thumbs up. Après avoir entendu récemment, un peu trop à mon goût, l’expression péjorative « marocain de base », le côté nationaliste Cocorico s’est emparé de moi.
Alors A voté … en n’étant pas dupe, mais en préférant mettre mes œillères, et en revendiquant mes 2 minutes du peuple.
En espérant que la somme des autres voix uniques serviraient la même cause, mais la loi du vote veut que d’autres ont le droit de ne pas penser comme mézigue.
Et au vu du résultat, taux d’abstention oblige aussi, c’est le cas.
Je suis rentrée dans l’isoloir, en chantant en mon for intérieur « l’important c’est la rose », mais les toques nationalistes l’ont emporté.
Et apparemment Gillette a encore de beaux jours devant elles en nos contrées.

Toutefois, on ne peut pas se prétendre démocrate et refuser le jeu démocratique. On ne peut interdire à personne de penser différemment, même s’il tient absolument à limiter les centimètres carrés visibles sur son corps, à grands coups de barbes, de manches longues ou de voiles.

L’intolérance n’est pas une AOC estampillée sur les fronts bleuis du PJD.
Je ne suis pas naïve mais je n’aime pas les cabbales et les pensées uniques, aussi laïques soient elles.
Alors qui veut ne pas penser comme moi ne pensera pas comme moi, à moi de picorer pour mes propres convictions, sans rejets.
J’ai finalement choisi de rentrer vivre ici, et pour l’instant, je m’y tiens. Et je fais avec les défauts des uns et des autres, parce que le concept « marocain de base », méprisant à souhait, m’exaspère.
Quand tant de bonnes volontés se joignent, je me refuse à pointer un éternel doigt accusateur sur toutes les petites tares locales, sur la moindre « soutane » qui pointe à l’horizon ou de claquer des genoux dès que j’entend Alléluia.

J’ai la désagréable impression que tout le monde s’érige en jury d’un procès imaginaire où la présomption d’innocence est une blague. Wah !
Et ça m’énerve sûrement encore plus quand je réalise que j’ai pu me laisser aller, aussi, à jeter du bois dans le bûcher.
L’auto-racisme est un virus qui prend des proportions qui font mal à ma marocanité, et qui commence à devenir un hymne national.
J’me comprend : ce n’est pas la critique que je remet en cause, c’est l’automatisme de la critique.

Alors, comme le chantait Johnny (pas de rires :)), il faut parfois avoir « l’envie d’avoir envie ».

Et des marocains formidables, il en existe. Qui ? Aïcha Chenna, Fatima Mernissi, Jamaï père et fils, Mehdi El Mandjra, feu Driss Benzekri, Faouzi Bensaïdi pour son film « Mille mois » et 36.000 inconnus au bataillon qui méritent sûrement de paraître au panthéon des compatriotes qui font avancer le schmilblik, à grand coups de « Rock the casbah ».

Allez, chouia dial le Positivisme, pas obligé de la jouer en mood "Prozac Nation". "Ca va faire" comme diraient les québecquois. :)

P.S : Je n'ai pas cessé d'être une cinéphile convaincue mais ceci est un coup de gueule ponctuel. :) A ne pas prendre comme une leçon de morale mais comme un avis qui s'écrit, et se lit si on veut.

10 commentaires:

Franssoit a dit…

Ben je le prends quand même pour une leçon, et elle est bienvenue.

Couscous Poulette a dit…

C'est un avis qui s'exprime, et qui est très probablement loin d'être partagé parmi les visiteurs de ce blog. Je comprend que ça puisse faire "professoral", mais c'était pas le but.
Au fait, bienvenue :)

Fhamator a dit…

je le prend comme une leçon de morale et ce que j'en dis : Bravo, Bravo, Bravo...vraiment dommage que tu sois aussi cinéphile que ça!

_BrainDamage_ a dit…

Mais gueule ma jolie gueule. On va pas passer son temps à se jeter des fleurs.

Car, le cri de la naissance est le passage obligé vers la lumière du bout du tunnel et la vie est courte et rien ne vaut la vie que l'espoir fait vivre tant qu'il y a de la vie, qui vivra verra bien que c'est un long fleuve de tranquillité d'esprit de l'art de vivre

Qui a du lubrifiant pour l'esprit?

B. Damage come back.

Couscous poulette a dit…

Fhamator : En général je m'interdis de sortir de mes chemins battus, mais un peu de souplesse, ça détend :) Le "beudisme" bloguesque, c'est top.

Braindam : Quoi ma gueule ? Mais qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? :)Je te sens inspiré ! Le meilleur lubrifiant pour l'esprit ? EYES WIDE OPEN !

Zaz a dit…

chnou daba, l'auto-racisme mouchkila? j'avoue, je plaide coupable. Dans des excès de facilité je suis la première à mettre de l'huile sur le feu, parceque tant de gâchis m'exaspère souvent en point d'en vouloir à mes propres gènes. Est ce pour autant que je dénigre ma nation, que je mutile mon schéma génétique? sûrement pas, et bien loin de là.
La leçon est prise, au prochain accès d'auto-flagellation j'aurai une pensée pour toi et par là je guetterais un excès d'envie.
Quoi d'autre? une petite divergence sur un point peut être (waou simsim, c'est la première fois que ça nous arrive!). Tu dis qu'on ne peut pas être démocrate sans jouer le jeu de la démocratie. en gros, il faudrait donc aller jusqu'au bout, et que la majorité l'emporte. Je trouve cette profession de foi très noble et cette image de la liberté tout à fait honorable. Mais je reste de ceux qui estiment que la liberté de chacun s'arrête là où commence celle des autres. Et, bien que je trouve cela vraiment dommage, je suis de ceux qui useraient sans doute de tous les moyens pour empêcher un parti liberticide d'accéder au pouvoir. A ma petite échelle, dans mon petit zoo anthropologique, oui, c'est vrai, je l'avoue: je suis plutôt ethnocentriste. Je me console juste en me disant qu'interdire l'excision en Afrique et la lapidation en Arabie saoudite, ça aussi c'est ethnocentriste...

Rimbus a dit…

J'aime bien la chanson que tu as chanté dans l'isoloir :)

Couscous Poulette a dit…

Du débat, du débat Zazie :) Et puis, il faut bien que de temps en temps on ne soit pas d'accord ! ;)
Juste sur un point, l'excision est de l'ordre de coutumes barbares, et ne trouve ses racines dans aucune parcelle de l'Islam. Pour la lapidation, effectivement c'est barbare, tout comme certaines pratiques relatives à la Charia. Je précise que mon discours "démocratique" se résume à peu près à cela : un pjd-iste a autant le droit d'exister dans le paysage politique qu'un Lepen (remember 2002), qu'un Jorg Haider en Autriche ou qu'un Bush où tu sais. Raccourci vite fait bien fait. Un com plus construit viendra later on.

Rimbus, je me souviens d'une parodie de Le Luron : "L'emm...rdant, c'est la rose ......" :)

OldBoy a dit…

Heureux hasard!!! Je tombe sur un blog qui mérite de rouler la bosse de la souris pour continuer à lire!!! Agréable, très agréable blog...et puis chapeau pour n'avoir cité de Faouzi Bensaîdi que son Mille Mois et non pas le WWW (dot crap).

Couscous Poulette a dit…

Oldboy, c'est trop d'honneur :) Et bien lisez cher ami, lisez ...