lundi 26 novembre 2007

Les Gemayel, Fachos family

Des élections présidentielles sans cesse reportées, des années 2005 et 2006 assassines (Hariri, Samir Kassir, Pierre Gemayel …), le voisin sioniste qui a joué aux feux de Bengale sur Beyrouth l’été 2006 … le Liban n’en finit plus de revivre ses vieux démons.
Je ne m’étendrais pas sur les tenants et les aboutissants de la poudrière libanaise, de toutes ses confessions religieuses qui cohabitent mal, de cette Syrie qui n’a jamais accepté d’être amputée de son ex-province (héritage du découpage français du gâteau syrien, au lendemain du protectorat).
Non, pour cela, la toile fourmille de 1001 articles qui sauront éclairer votre lanterne, si tant est que le sujet vous intéresse.

Ce qui me chiffonne, c’est que l’Occident érige Pierre Gemayel au rang de martyr. Petit fils du fondateur des phalanges chrétiennes, glorieux connards responsables du massacre de Sabra et Chatilla, ce monsieur ne s’est pas particulièrement illustré par des propos philanthropiques.

« Les chrétiens libanais, c’est la qualité, et les musulmans, la quantité ».

Sans parler de « l’héritage extrême-droitiste » transmis par Papie Pierre Gemayel et par tonton Béchir (kaput quelques jours seulement après son élection à la présidence libanaise, en 82).
Directement inspirées de la « pensée » fasciste d’une Allemagne hitlérienne (suite au voyage de Gemayel Senior dans le Berlin des années 30), les milices maronites chrétiennes se sont surtout illustrées par leur souci de sticker au millimètre près à l’équation Musulman = cible à abattre.
Equation largement respectée durant les 15 ans de guerre civile libanaise, avec une hécatombe du côté libanais et palestinien.

Bref, tout cela pour vous dire que ceux qui ont raté le reportage sur France 5, consacré aux Gemayel, pourront le voir ci-dessous. A voir avec un œil critique.
Les Gemayel ne sont pas la famille Kennedy orientale que l’on veut faire croire.

Décidément, il y a quelque chose de pourri au "royaume" des Fachos.


23 commentaires:

Ibn Kafka a dit…

J'ai eu la même réaction que toi en voyant ce publi-reportage sur France 5 - un "documentaire", zaama, mais qui prenait soin de n'interviewer aucune des nombreuses personnes en bisbille avec les Gemayel, y compris dans le camp maronite, et rien sur l'inspiration idéologique des Kataëb dans les 30's...

Couscous poulette a dit…

Ibn K., sans oublier que l'on joue la carte de la réconciliation entre les différentes confessions (l'image du fils Hariri (caution sunnite), à côté de Amine Gemayel).
"Petits cons d'la dernière averse, vieux cons des neiges d'antan", Brassens aurait tout aussi bien pu parler d'eux.

Ibn Kafka a dit…

Il y avait quand même quelques déclarations limite, notamment de Nidam (?) Gemayel, qui parlait du caractère "occidental" du Liban, sous-entendu rien à voir avec ces barbares d'arabes...

De même, la famille était présentée comme soudée en toutes circonstances, ce qui aurait fait marrer les "frères" Bechir et Amine en 1982...

_BrainDamage_ a dit…

"...Gemayel membre de la plus illustre famille chrétienne est sauvagement assassiné..." d'emblée le commentateur annonce la couleur. Ça va de soi.
Mais tu parle des 1930, est là je t'arrête pour affirmer que les fascismes courent les rues de part le monde. Avant la tragédie de la Shoah, il me semble les extrémismes sont la chose la plus commune du monde. De même pour les théories eugénistes élitistes et/ou fascisantes. Voilà pourquoi la Shoah a une portée universelle. On peut regretter simplement que la traite des Africains reconnue par la loi française comme "crime contre l'humanité" en 2001 seulement n'ait pas engendré autant de remises en question.

Brain d'altruisme ou les bienfaits de ma gazelle.

PS: Mirci, pour tes éclaircissement. Perso, j'ai l'habitude de faire confiance au documents produits par Fr3. Plus maintenant ;)

Good job Poulette

Couscous poulette a dit…

Nidam ou Samy, je ne sais plus ... la phrase étant "pour devenir un Liban occidentalisé".
Il ne faut pas oublier que les Gemayel sont d'anciens seigneurs locaux, aux richesses et "droits" acquis lors du protectorat français => d'où référence sublimée de l'Occident.
Pour les bro Béchir et Amine, une chose les réunissait tout de même : collabos, même avec Israël, pour parvenir à leurs fins (expulser les réfugiés palestiniens, qui chamboullent le très fragile équilibre chrétiens/musulmans).

Couscous poulette a dit…

Brain, je n'ai cité le fascisme nazi que parce que c'est bien celui-là qui à inspiré le patriarche Gemayel.

Pour ce qui est de l'esclavage, le monde arabo-musulman a également bcp de choses à se reprocher ! Pas l'impression qu'ils prennent le chemin d'une demande de pardon. :(
BTW, ne jamais prendre pour argent comptant ce qu'on peut bien raconter dans la Presse. L'émission "Arrêts sur image" me manque.

_BrainDamage_ a dit…

@ Couscous Poulette: vrai pour le monde arabo-musulman, il n'en demeure pas moins que les prétentions universalistes de l'Islam accordent -et c'est un 1ere dans l'Histoire- la citoyenneté à des Noirs et aux femmes (sans oublier le droit de propriété). L'esclavage dans le monde n'y est en rien comparable. Puisqu'il s'agissait d'obtenir moyennant rétribution des servants et servantes (3bids), des doudous, etc. On "n'utilisait" pas les esclaves jusqu'à épuisement (ou la mort), c'est à dire comme des machines dans un seul but économiste. Il arrivait même que les seigneurs reconnussent leurs enfants métis et finissent par en épouser la mère. Qui sait si les marchands arabes savaient ce qu'attendait réellement les pauvres Noirs vendus aux pirates? Faut-il rappeler que les moyens que le Nouveau Monde était à l'époque le bout du monde... autant dire une autre planète, et il n'avait y pas de JT à 20h ni de d'Internet haute vitesse :P
Mais je te l'accorde, nous avons notre part de responsabilité, et nous avons un devoir de mémoire envers les populations sub-saharienne.
Sans transition: On ne peut comparer non plus les conquêtes anglaises et les génocides Amérindiens qu'elles ont entraînés aux conquêtes islamiques. Pour la bonne raison qu'il ne reste presque plus d'Amérindiens en Amérique, alors qu'au Maroc, où il n'y a pas trace de génocide, la population autochtone compte aujourd'hui pour 70% de la pop totale.

Brain d'histoire


PS: tous les Arabes adorent al'Bob et son légendaire "Redemption Song", moi-même, j'ai ma version que je ne chante qu'au coin cheminée accompagnée de qq bière et d'une damoiselle aux regard fougueux :)

Ibn Kafka a dit…

Le bouquin d'Alain Ménargues sur "les guerres du Liban" retrace bien la rivalité entre Amine et Bachir, qui s'est d'ailleurs perpétuée avec le clivage entre les Kataëb fidèles à cheikh Amine et ceux qui ont suivi Karim Pakradouni, qui s'était d'ailleurs pas mal rapproché de la Syrie...

Ce qui manque, c'est une histoire politique détaillée du Liban depuis 1943... Corm est bien mais ses bouquins manquent du détail qui fait le charme (?) de la vie politique libanaise...

AbMoul a dit…

Il faut aussi dire que les geamayel étaient aussi bien dans leur propre confession qe chez les autres. Béchir avait massacré toute la famille de tony franjieh et humilié Chamoune qui a été obligé de se refugier chez les palestiniens en Beirut ouest, ses pires ennemis. D'ailleurs, c'est un chrétien du PNS qui l'a tué pour le compte de la syrie..pour le meilleur documentaire sur la guerre civile libanaise, voir le documentaire d'al jazeera disponible sur google video. taper "war of lebanon". Pour les nom arabophone, c'est sous-titré en anglais.

Couscous poulette a dit…

Brain, l'esclavage EST de l'escalavage ... on ne va pas commencer à nous trouver des excuses du type "non, on a été de gentils esclavagistes". La vision marocaine des populations noires aujourd'hui reflète bien la place d'"êtres inférieurs" qui leur été accordé par le passé, quelques mini-concessions qu'on est pû leur faire.
De plus, ceci n'est absolument pas le sujet du post :)

Ibn K., je note Alain Ménargues. La rivalité à la Caïn et Abel des frères Gemayel m'a tjours intrigué : l'aîné + diplomate (ou + lâche?), le cadet + fougueux (+ sauvage?)
Après tout, l'histoire du Liban n'est pas si compliquée que cela : lutte de pouvoir entre différents clans, dont les acquis ont été accordés par l'ancien occupant français, et qui comptent bien sauvegarder le pactole.

Abmoul, sans oublié l'ennemi juré du clan Gemayel : le général Aoun (qui a réussi à passer à travers le tamis des assasinats nombreux des seigneurs de guerre locaux).
Tu n'as pas tort de préciser que les zigouillages orchestrés par Amine G. n'ont pas non plus épargné le camps maronite.
Effectivement, c'est plus une lutte de pouvoir entre différentes familles sous couvert d'une guerre confessionnelle.

_BrainDamage_ a dit…

Et pour al'Bob?

_BrainDamage_ a dit…

bon ok donc tu préfères la bière

Couscous poulette a dit…

Bob, Alpha Blondy ... ce sont + les mélomanes tiers-mondistes qui ont séduit leurs "frères" de Narabie ou d'ailleurs. Mais je ne vois tjours pas le lien avec les Gemayel ? :)
P.S : est-ce que le Reggae et le malt sont incompatibles ?

Zaz a dit…

simsim, i miss you. premier retour sur la blogosphère depuis 2 ou 3 mois, et tu es mon premier choix de lecture... je vois que tu as changé ta ligne editoriale?
good to read you...
see you le 27 à casa?
bizzzzz

Couscous P. aka Simsim a dit…

Zazou, une revenante :)
Pas changé la ligne éditoriale pour un sou, juste un coup de gueule ponctuel.
Le ciné sera tjours le corps du texte ... on ne change pas une équipe qui gagne :)
Pour le 27, si je suis dans les eaux territoriales marocaines, on se refait un café/dîner/soirée/ptit-déj carrément si tu veux, et avec graaaaand plaisir ;)

P.S : A quand une prose sur Joy Division ? ;)

Zazou a dit…

ça veut dire que tu as été voir CONTROL???
alors, il est pas incroyable IAN CURTIS???
c'est vrai que je devrais commenter...
de ttes façons, je vous dois plein d'articles, notamment une envolée lyrique sur Joy division, un commentaire sur le poème sonore qu'a été le concert de AIR, et une critique de la pièce de théâtre En toute confiance... pffff, bcp de boulot en perspective, et pas bcp d'énrgie. on dit qu'on se voit le 27 pour un programme crêpe/attaye/dîner tu sais où ;)
gros bisous ma belle

BrainDamage a dit…

Zzzzzzzz!

AZ a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
AZ a dit…

Petit Mussolini !!c'est le prenom qui me vaut cette fin de non recevoir ? :)

_BrainDamage_ a dit…

couscous, tu censures?

Couscous poulette a dit…

Effectivement, Brain. Je suis Pol Pot et Bokassa réunis en ces lieux :)

Leguepard a dit…

@ couscous:
D'accord avec toi sur l'alteration des faits par les médias occidentaux, pour qui tous ceux qui leur ressemblent sont forcément des démocrates et sont forcément les "gentils" du film.
Oui, les phalangistes ont, comme leur nom l'indique (comme en Espagne), des origines idéologiques fascisantes, ont été responsables des massacre de Sabra et Chatila...

Cependant, il ne faut pas oublier quels étaient les objectifs des phalangistes et autres mouvements libanais: l'existence du Liban en tant que nation indépendante du reste du Moyen-Orient, et le refus de se laisser entraîner dans un conflit qui ne les concernait pas.

30 ans ont passé, l'objectif reste le même, le Hezbollah, une milice, ayant le pouvoir d'entraîner tout le pays dans une guerre qui ne le concerne pas.

Le Maroc a la chance d'être à des milliers de km de Bagdad et Gaza, d'être l'un des plus vieux Etats-nations au monde, et pourtant certains veulent toujours nous définir d'abord comme musulmans, puis comme arabes avant d'être Marocains. Ce qui est drôle, c'est que ces derniers se définissent comme "nationalistes" (Istiqlal, PJD & co) alors que ce sont des pan-nationalistes.

Le match se joue chez nous, sans violence parce que nous sommes loin du brasier, que notre nation a plus d'un millier d'années d'existence, que les Turcs n'ont jamais mis les pieds chez nous, que le système monarchique a bien digéré notre (faible) diversité et que l'enjeu reste la coumira à 1Dh20, ce qui rend forcément pragmatique...
Le match qui se joue à Beyrouth est identique mais avec une autre amplitude, sans limite dans le déchainement de violence (des députés tués un par un...plus efficace que le lobbying).
Dans un jeu pareil, et avec l'historique de contentieux entre familles gérant l'oligarchie libanaise, personne n'est un saint, les Gemayel pas plus que d'autres.

Couscous poulette a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.